Se former...en conscience !

Avoir envie de changer de métier, d'orientation, c'est un tournant que beaucoup de personnes abordent à un moment de leur vie.

Vous êtes nombreux à vous orienter vers les métiers du funéraire, souvent parce ce que vous espérez y trouver des critères de travail et d’accompagnement des clients, différents de ceux que vous aviez pu rencontrer jusqu'à présent.

Mais il y aussi ceux pour qui travailler dans le secteur funéraire est une vocation ou une évidence depuis longtemps....

 

Dans tous les cas, se reconvertir demande une réflexion, qui doit engager un questionnement personnel :.3

 

- suis je prêt à travailler avec des horaires qui sont très flexibles ? suis-je prêt à travailler le samedi ? 

- mon entourage amical et familial est il suffisamment stable pour me soutenir, tant en terme logistique que psychologique ?

- ma structure familiale existant me demande t-elle une grande disponibilité et comment vais-je m'organiser pour mon futur travail ?

- suis-je prête à être en contacte avec des défunts et comment vais-je réagir ?

- est-ce que je vais être capable d'être polyvalent ou vais-je supporter de rester dans un bureau tout au long de la journée (selon les agences dans lesquelles vous travaillez, les postes et les taches confiées ne sont pas les mêmes) ?

 

Bref, s'engager dans les métiers du funéraire n'est pas anodin, et vous devez avoir conscience de l'implication personnelle que cela va vous demander..

 

Une immersion en milieu professionnel est aussi très fortement conseillée : quoi de mieux que de voir et suivre le quotidien de professionnels ? C'est la meilleure manière de répondre également à vos propres doutes.

 

Vous devez ensuite être dans une démarche pertinente : combien de pompes funèbres sont dans un rayon d'environ 30 à 40 kilomètres autour de chez moi ? Est-ce qu'il recrute et si oui, à quel poste ? dans combien de temps ? pour combien d’heures et à quel salaire ?

 

S'il n'y a pas de recrutement à venir, suis-je mobile ? Car vous devez être conscient que des salariés qui sont bien dans leur société, et bien, ils ne partent pas....donc les hypothétiques postes qui se libéreraient ne doivent pas être une source d'espoir inconsidéré...

 

On entend et on lit trop en ce moment sur les réseaux sociaux que le organismes de formation forment à tour de bras et que les stagiaires ensuite ne trouvent pas d'emploi.

 

Ne faisons pas une généralité d'un comportement qui ne concerne que certains organismes qui effectivement forment en masse sans se soucier du devenir des  stagiaires ensuite.

 

Former, c'est aussi informer les futurs stagiaires, de la réalité du terrain et des difficultés d'embauche dans certains secteurs géographiques.

 

Se  former en conscience, c'est donc arrivé en formation en étant certain de ce que l'on veut et en ayant passer toutes les étapes conseillées ci-dessus.

 

Bien sûr, chacun est maître de son projet et de sa vie, mais souvent, vous en conviendrez, l’expérience parle...

 

N’hésitez donc pas à nous consulter si vous avez des questions, le conseil, c'est aussi dans nos attributions.

 

A bientôt !

 

Cécile LARROQUE